Marché aux truffes d'hiver à Lalbenque
Marché aux truffes d'hiver à Lalbenque
R.Dose
Paniers de truffes sur le marché de Lalbenque
Paniers de truffes sur le marché de Lalbenque
Panier de truffes sur le marché aux truffes d'hiver à Lalbenque
Panier de truffes sur le marché aux truffes d'hiver à Lalbenque
Lot Tourisme - B. Teixeira
En plein air, Gastronomie, Rencontre

Le marché aux truffes de Lalbenque

À Lalbenque

Une journée en hiver

La truffe m’apparaissait comme un produit mythique. On ne la trouve qu’en épicerie fine, produit de luxe par excellence. Puis, dans un reportage télé, j’apprends que des marchés s’organisent en plein hiver et en plein air autour de ce produit, qui m’intrigue tout de même. Allez hop, je décide un mardi de février, sans projet vraiment précis, de partir à sa rencontre. Et ce fut une journée étonnante, enrichissante.

Une journée truffe alors !

Le soleil d’hiver était de la partie et il a certainement contribué à la magie du moment. Me voilà à Lalbenque par un mardi matin de février. Il me fallait être guidée, introduite aux rituels et j'avais donc réservé une Journée truffes à l’Office de Tourisme : le matin, explications sur ce champignon magique. Puis, dégustation de tartines au beurre truffé. C’était indispensable, car à force d’en parler, on veut goûter. Et c’était délicieux. Vite à table pour la suite.

Le marché de Lalbenque

Marché aux truffes d'hiver à Lalbenque
Marché aux truffes d'hiver à Lalbenque
R.Dose

Après une fameuse, généreuse et raisonnable en prix omelette à la truffe, retour au marché. Nous plongeons dans une autre époque, un autre univers. Certes, le marché de détail me permettra d’acheter une petite truffe adaptée à mes moyens et mes besoins. Mais c’est le marché de gros qui offre un spectacle étonnant. La cloche retentit. Acheteurs et vendeurs s’observent du coin de l’oeil, parlent tout bas, mais au nombre qu’ils sont, ils constituent un sacré brouhaha, assez jovial, surtout avec cet accent du sud-ouest qui rebondit tout le long des bancs, qui portent les paniers. On voit bien que ça jauge, étudie, renifle, négocie et les paniers partent au fur et à mesure. Certains acheteurs -des négociants ou des restaurateurs, m'a-t-on dit, ou plutôt des bons gourmands, selon moi- vont faire peser leurs paniers, pour être certains de leur affaire. Ce n’est pas très très long, selon les marchés, m’a-t-on expliqué. En tout cas, cela a vraiment désacralisé la truffe et son marché à mes yeux. Mais la journée n’est pas terminée. Nous rejoignons notre accompagnatrice, qui nous emmène à une séance de « cavage » dans une truffière. Mais qu’est-ce donc ?????

Cavage de la truffe

Là, c’est une nouvelle découverte étonnante qui nous attend, Jean-Jacques et Pupuce sont prêts à nous montrer comment on trouve les truffes. Aucun engin électronique, juste le nez du cochon, en fait. Il paraît qu’il adore la truffe et donc il la trouve à 10/20 cm de profondeur. Le problème, d’ailleurs, c’est qu’il l’aime tellement, que Jean-Jacques doit être vigilant : 1’ de distraction et Pupuce engloutit ce qu’elle déniche. C’est ça le cavage de la truffe. Certains utilisent des chiens truffiers, qui se satisfont plus facilement d’une récompense contre une truffe. C’est plus serein.

En tout cas, ce fut un moment vraiment amusant, nous tous en train de suivre Pupuce et Jean-Jacques. Je ne me suis jamais baladée avec un cochon en laisse… Si on n’a pas de cochon, ni de chien, il paraît qu’il faut suivre une mouche spéciale, qui pond ses oeufs dans la truffe. Mouais, je demande à voir. Mais ça ne se dresse pas les mouches.

Virginie Seguin
Virginie Seguin
A. Laudouar

Pourquoi ai-je écrit un si long texte ? Parce que je suis bavarde, même à l'écrit, et surtout parce que j'ai trouvé cette expérience enthousiasmante et enrichissante. Je l’ai racontée à pas mal d’amis et ils ont été séduits. Alors pourquoi pas avec des internautes ? Ça valait le coup. Vous me direz ! Et si vous y allez, saluez bien Pupuce pour moi...

Mes favoris
Vos coups de cœur